Crédibilité

Le rapport de la commission Bastarache a été rendu public dernièrement. Le juge y est allé de ses conclusions. Rien de très surprenant, aucun blâme, mais en même temps, une liste de recommandations pour améliorer un système qui jusque là avait été décrit comme un modèle.
Je ne comprends toutefois pas comment un rapport comme celui-ci peut-être complété quand des questions simples, mais importantes, sont laissées sans réponses. Un point en particulier, la fameuse réunion entre le premier ministre et l’ancien ministre de la justice. Un dit que cette réunion a eu lieu, l’autre qu’elle n’a jamais eu lieu. Je en comprends probablement pas les nuances de la justice, mais si 2 personnes prêtent serment, et que les deux ont chacun une version complètement différente d’un évènement donné, est-ce que ça ne devrait pas être élucidé par le juge? Il a les pouvoirs nécessaires, ou à la limite, il pourrait dire cette commission n’ira nulle part, on arrête ça tout de suite plutôt de dépenser 6 millions $. Il semble que le commissaire ait décidé d’émettre une opinion dans son rapport, mais il n’a pas rencontré son mandat qui selon moi incluait « la recherche de la vérité ».
Ça me dépasse un peu que les gens en position d’autorité se demandent pourquoi les gens font preuve de cynisme à leur endroit et ne leur accordent pas beaucoup de crédibilité.

Quelques extraits et leurs liens :

Quels sont les pouvoirs du commissaire ?
En vertu de la Loi, le commissaire peut, par tous les moyens légaux qu'il juge les meilleurs, s'enquérir des choses dont l'investigation lui a été déférée. Pour établir les faits et découvrir la vérité, le commissaire a le pouvoir d’assigner à comparaître devant lui les témoins qu’il juge nécessaires à l’accomplissement de son mandat, pour témoignage ou pour produire des documents.
Source : Fonctionnement de la commission

48. Les témoins prêtent le serment ou déclarent solennellement de dire la vérité.
Source : Règles de procédure
blog comments powered by Disqus